• +(33) 06.31.33.98.55
  • denisnotari@axiologie.com

Réfléchir avant d’agir

Réfléchir avant d’agir

Les maux du corps sont les maux de l’âme. Ainsi, on ne doit pas chercher à guérir le corps sans chercher à guérir l’âme” – Platon

Psychologie, psychosomatique, ésotérisme ?

Si vous penchez pour ce genre de réponse, vous n’y êtes pas du tout ! Rien à voir en fait.

500 ans avant notre ère, le paysage psychothérapeutique est totalement inexistant. Il est donc inutile d’envisager une quelconque application relevant de ces domaines, ou de s’en servir pour en justifier les pratiques actuelles. Raisons pour lesquelles beaucoup se sont égarés en croyant y trouver une réponse de circonstance bien éloignée du sens profond de cette phrase.

Il s’agit d’émotions en réalité et de rien d’autre. Petit retour aux sources de l’axiologie avec Platon.

Ces maux du corps sont ceux de l’âme et non de l’esprit. Ils sont donc conséquents de ce que nous sommes et non de ce que nous pensons. Ce qui fait souffrir le corps, venant de soi, traduit un malaise et non un mal-être.

Le corps est un volcan qui sommeille quand parfois des circonstances extérieures le réveillent.

Ce sont les brûlures de l’angoisse, de l’amour, de la peur et d’une façon plus générale, de toutes ces émotions qui poussent notre être à se consumer. D’ampleurs variées, celles-ci le font mijoter, bouillir ou exploser.

L’épicentre est en éruption, le reste n’est que fournaise.

Incompréhension, incertitude, désorientation… sont l’expression d’un vide émotionnel parfois très intense quand nos chemins se sont égarés et que nous ne correspondons plus à ce que nous devons être.

Quand les émotions submergent, le corps s’embrase. Alors, la tête expulse et le corps s’exprime.

Agir dans cet instant, c’est porter son attention sur le corps et imaginer pouvoir éteindre le volcan en jetant de l’eau sur la lave. Cela peut calmer l’intensité, permettre d’en oublier temporairement les effets, mais il sera peu probable de le rendre inoffensif, car les symptômes persisteront.

Réfléchir, c’est se concentrer sur ce que nous sommes pour déterminer l’origine de l’éruption. Rééquilibrer les émotions, c’est priver le brasier de son combustible.

Alors seulement le volcan se refroidit.

Facebook 0 Google+ 0 Mail
Denis Notari

Laisser un commentaire